Les récepteurs cannabinoïdes comme la THC sont profondément impliqués dans tous les aspects du contrôle de l’équilibre énergétique chez les mammifères . Alors qu’au départ, on croyait que ce système de signalisation endocannabinoïde ne faciliterait que l’apport énergétique, nous savons maintenant que les fonctions encore plus importantes des endocannabinoïdes sont d’améliorer le stockage de l’énergie dans le tissu adipeux et de réduire les dépenses énergétiques, influençant le métabolisme des lipides et du glucose. Bien que normalement bien contrôlés par les hormones et les neuropeptides, le bilan énergétique peut se déréglé et contribuer à l’obésité, la dyslipidémie et le diabète de type 2, ce qui soulève la possibilité que les antagonistes  puissent être utilisés pour le traitement de ces troubles métaboliques.  D’autre part, des données montrent que certains cannabinoïdes végétaux non psychicotropes, tels que le cannabidiol (CBD), peuvent être utilisés pour retarder les dommages aux cellules β dans le diabète. Ces nouveaux aspects de la recherche endocannabinoïde sont examinés par les chercheurs, en mettant l’accent sur les effets biologiques des cannabinoïdes végétaux et des antagonistes des récepteurs endocannabinoïdes dans le diabète. Sources : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21484568  

Laisser un commentaire